Henri ROUSSEAU, dit “Le Douanier”

L'enfant à la poupée par le “Douanier Rousseau”.

L'enfant à la poupée par le “Douanier Rousseau”.

L'enfant à la poupée par Angélique.

L'enfant à la poupée par Angélique.

Sublimer ses rêves et les nôtres pour en faire des moments magiques hauts en couleurs, c'est ce qu'a réalisé, et de quelle manière, Henri Rousseau, dit le Douanier, chef de file des peintres naïfs.

N'ayant pu voyager plus loin que le Muséum d'Histoire Naturelle et le Jardin d'Acclimatation de Paris, il a su, en trempant ses pinceaux dans la peinture de son imaginaire, recréer sur la toile toute une faune et une flore plus vraies que nature dans l'univers exotique et bariolé de ses jungles. Tout de même ancré dans son temps, il a aussi réussi à imprégner d'une grande poésie et d'une égale douceur des paysages familiers tout en y conservant les stigmates des progrès techniques du vingtième siècle débutant (dirigeable, avion...).

« Surpris ! » par Henri Rousseau
« Vue du pont de Sèvres » par Henri Rousseau
« Vue de Malakoff » par Henri Rousseau
« Le rêve » par Henri Rousseau

Ajouter un commentaire